La vache à Turpault

La vache à Turpault, c’était une bouée munie d’une corne qui mugissait selon la hauteur et l’amplitude des vagues, très pratique pour les marins.

Pour les habitants aussi . De mon lit le matin  je savais si je l’entendais bien que le vent était d’ouest et selon la longueur du mugissement je savais aussi si les vague étaient hautes ou si la houle était longue. 
Des touriste avaient écrit à la mairie pour la faire stopper (comme ils le font pour la sirène du bateau, le bruit des mouettes ou celui des cloches de l’église, … )

Beaucoup de gens pensent qu’on l’a retirée à cause de ça. mais les gens des phares et balises m’ont assuré que c’était une décision économique. Ces bouées sont rendues obsolètes, parait-il, par les GPS et elles coutaient très cher en entretien.

Alors si un bateau se fracasse sur les rochers parce que son GPS déraille, ils sauront que c’est à cause de mesures économiques…..

Contribution : Mme Françoise Zainal

19 Replies to “La vache à Turpault”

  1. C’est un bruit qui a bercé toute mon enfance, que j’associe aux nuits passées chez ma grand-mère du côté du Manémeur. Il rendait les coups de vent encore plus inquiétants, et j’adorais ça. Reste maintenant à espérer que la sirène du bateau de Belle-île ne coûte pas trop cher…

    1. Bonsoir, Ma compréhension est que cette bouée a fait l’objet de désagréments ressentis par les touristes. Il est très dommageable de perdre les traditions et notamment celles qui nous ont toutes créées un ressenti.
      Je rappelle que la raison de ce site est de préserver le patrimoine de Quiberon, et de participer au développement de sa culture.
      Merci Flo de ce commentaire.

  2. Je reste persuadé que cette décision de couper le sifflet de cette balise a eu pour but de faire du lèche-c¤¤ au tourisme citadin « beaufisé » comme de rédiire au silence les sirène des bâteaux (! CODE MARITIME) ou les cloches d’églises qui ont toujours rythmé la vie des villages pour satisfaire ces mêmes lourdauds (ça les empêche de faire du gras entre midi et 15h) ! On veut dévitaliser cet endroit merveilleux .

      1. Merci pour votre réponse . Il est vrai que ce dispositif sonore , pour la sécurité des bateaux à l’origine , avait une véritable symbolique , une âme…la presqu’île a perdu un des ses symboles forts , comme le Galion de Plouharnel ou le lounge LE SUROIT , à Port Maria .
        Quand le littoral se vide de sa matière vive au profit des « amusements » de masse (d’jeuns alcoolisés et bruyants à 2h du mat , échauffourrés nocturnes , papiers gras , dégradations en tout genre , et j’en passe , la liste est longue)…Où est passé l’ambiance familiale et vivifiante de cette petite station balnéaire ?
        Quiberon nous a accueilli , veillons à ce qu’elle garde son identité Bretonne et maritime .
        Laurent Hardellet .

    1. Bonjour, J’ai contacté la Mairie de Quiberon, qui m’a répondu aimablement. D’après l’une des employés municipaux à l’accueil, la balise ( en fait une trompe à dépression) aurait été enlevée par les affaires maritimes en 2008. Elle avait été arrachée par la mer et n’avait pas été remplacée pour des raisons de simplification budgétaire… Merci de l’intérêt que vous portez à ce site. Bien cordialement.

  3. Bonjour,
    Si vous êtes d’accord pour le retour de la vache à Turpault, faites le savoir en écrivant au Maire de Quiberon.
    Elle faisait partie du patrimoine de la ville, au même titre que les sardines et les niniches !

      1. Et pourtant, je l’aimais bien, d’ailleurs une grande partie du texte de cet article m’a été emprunté , n’est ce pas Haut Parleur ?

      2. L’article a été publié il y a presque 5 ans et je ne me souviens plus des sources. Mais je ne conteste pas votre remarque. J’ai donc modifié l’article dans votre sens. Je vous remercie de vos commentaires très intéressants sur le fonctionnement de la bouée. J’en avais parlé avec mon père, qui ne connaissait pas les raisons exactes du retrait de cette balise.

  4. Les soirs de forte houle, quand le vent portait loin et que j’écoutai du fond de mon lit la vache à Tupault, cela me rassurait. Ça me berçait même. Comme un signal qui disait : « tout va bien… la houle est forte, mais on le sait… » Bien des années plus tard, j’ai eu l’occasion de l’entendre depuis la mer et là, malgré le mauvais temps et la pluie battante, j’ai eu confirmation de notre position. (J’avais pas de GPS). Je savais que le port nous attendait au nord nordet et surtout, vers où ne pas aller. Maintenant je ne sors plus sans GPS, mais c’est une autre histoire, On peut aussi dire de ne jamais sortir en mer sans carte météo à jour. Mais ce type de bouée chantante était vraiment utile, un GPS peut toujours tomber en passe, le temps changer sans crier gare. La Vache à Turpault était plus qu’une curiosité locale, c’était une balise sonore faite pour sauver des marins. Et puis ça faisait le tri des touristes qui quittaient les hôtels de la côtes dès leur premier matin, les yeux rougis par le manque de sommeil en râlant qu’il fallait arrêter ce tintamarre ou ils ne passeraient pas une nuit de plus… « _Bah c’est la vache à Turpault » qu’on répondait… « _on peut pas l’arrêter. » Regard assassin, air dépité ou incrédulité totale, les réactions variaient, mais nous amusaient à chaque fois.

    1. « on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux ». Votre commentaire est l’illustration parfaite d’une citation de Saint Exupery. Merci d’avoir partagé ces souvenirs. Je n’ai pas trouvé d’illustration ou de photo de cette balise ou d’une qui serait similaire dans ses fonctions. Peut être connaissez vous quelqu’un qui pourrait nous la décrire? Merci.

      1. Désolée, j’ai beaucoup cherché et ce depuis longtemps, mais impossible de trouver la photo d’une de ces vieilles bouées en acier. Je l’a approchée une fois étant enfant avec mon paternel lors d’une sortie pêche, mais ce souvenir est flou et incomplet.
        J’ai pourtant trouvé la description d’une bouée semblable sur un site dédié à l’histoire des signaux sonores dans le brouillard, où j’ai appris la possible existence d’un autre exemplaire du côté de Piriac, surnommée « La beuglante de Piriac » ou encore « Le veau de Piriac. » L’auteur décrit un son « lugubre et continu » et met en lumière la rareté de ces bouées, due à leur prix trop élevé. Il y explique leur fonctionnement en les nommant : bouée sifflet C de type Courtenay.

        Peut-être qu’avec ces informations certains auront plus de chance…

        Toujours est-il que si ces informations sont exactes et j’ai bien peur qu’elles le soient, nous ne récupérerons probablement jamais notre Vache à Turpault, bien trop rare et ancienne.

  5. La Vache à Turpault fut un des symboles forts et emblématiques de la presqu’île , dont le château éponyme est le dernier , comme la Tour Eiffel à Paris ou la Bonne-Mère à Marseille , et il est malheureusement évident que cette sympathique balise ne reviendra jamais à sa place d’origine , elle a probablement été détruite sur l’autel de la rentabilité…à moins d’un miracle , et que son entretien soit aux frais de comptes privés de passionnés de tous les symboles passés et présents qui ont ponctué l’histoire de cette belle région jusqu’à nos jours .
     » Elle nous empêche de dormir !!! « …parlons d’une plaisanterie ! C’est comme se plaindre des oiseaux de mer et de leur  » tintamarre « …ou bien du chant des cigales dans le sud , ce qui est déjà arrivé : un matin , un couple de Parisiens , (eh oui , encore EUX ! ) , à Carry-le-Rouet , sur la Côte d’Azur , a jugé approprié de pousser la porte de la gendarmerie de la commune pour porter plainte…contre ces sympathiques insectes ! Les gendarmes les ont viré poliment en retenant un énorme fou rire !

    Où irons-nous dans la stupidité égoïste , qui reste un de nos traits de caractère ?!?

  6. Bonjour, je ne connais pas du tout Quiberon, mais j’ai atterri ici car j’ai le souvenir d’une vache qui faisait un son sourd au gré des vagues, lorsque enfant je naviguait avec mon père au large de Granville. Il semblerai que ca soit le videcoq, mon père ne sens souviens plus. Mais j’y suis retourné cet été (youi), et point de mugissement. étais ce bien le videcoq dans mes souvenir, ou bien il a subit le même sort. J’ai lu que les signaux sonores étaient petit a petit suppris de la signalisation maritime, car ils étaient de plus en plus inutile

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s