Notre Dame de Locmaria

La Vierge, vénérée par les Quiberonnais

À Quiberon, l’église Notre-Dame de Locmaria témoigne de la ferveur du lien entre les habitants et la Vierge Marie.

La Vierge de l’église de Quiberon.  Merci à Xavier Dubois

Loc Maria, le lieu de Marie. C’est sur cette butte de Locmaria, où il existait sans doute déjà une chapelle dédiée à la Vierge, que fut construite, au XVe siècle, l’église de Quiberon, dénommée initialement Notre-Dame de l’Assomption et aujourd’hui Notre-Dame de Locmaria. Cette église fut reconstruite à trois reprises : au XVIIe siècle, en 1895 et en 1905. 

Pendant des siècles, elle fut la seule paroisse de la presqu’île, jusqu’à la construction de Saint-Pierre-Quiberon en 1856  

C’est donc surtout Marie que les Quiberonnais aiment honorer, comme le prouve la statue de plâtre doré conservée dans un placard paroissial et portée sur les épaules lors de la procession du 15 août à Port-Haliguen, le port de plaisance de Quiberon. 

Elle n’est exposée que ce jour-là, ainsi que la semaine qui suit.

Plusieurs lieux dédiés à la Vierge sur la presqu’île

Cette statue sera pourtant portée ce dimanche 12 août entre le presbytère et l’église de Quiberon. Désireux de  créer une dynamique autour de l’église et pas seulement autour des chapelles , La fête patronale de Notre-Dame de Locmaria a été réintroduite depuis 2016. 

Il est d’autres lieux dédiés à la Vierge dans la presqu’île. À commencer par la ravissante chapelle Notre-Dame de Lotivy, à Portivy. 

Lors du pardon de cette chapelle, le 1er ou le 2e dimanche de septembre, après la messe à l’ombre des pins, la Vierge de Lotivy est portée sur les épaules jusqu’au port de Portivy. Là, on élève une prière pour ceux qui vivent de la mer et on jette des pétales de fleurs. 

Des costumes bretons sont sortis pour l’occasion, ainsi que la bannière de la Vierge et le grand drapeau de Lotivy.

Au retour, la procession contourne la fontaine carrée et, après la bénédiction des enfants, on partage le cidre et les fars bretons apportés par les paroissiens. La tradition voulait que les boulangers de Saint-Pierre cuisent ces fars dans leur propre four, mais il n’y a plus qu’un seul boulanger à le faire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s